Nos légumes

Nos légumes sont en grande majorité des variétés anciennes et rustiques, produits en agriculture biologique. Ils ressemblent à ceux du potager familial qui n'ont pas toujours l'aspect standard des produits calibrés et traités de l'agriculture conventionnelle et sont en général plus savoureux et surtout plus sains (*).


Nous n'utilisons aucun herbicide, fongicide ou insecticide, hormis de temps en temps quelques produits tolérés en agriculture biologique comme le soufre, la bouillie bordelaise ou le savon noir, en doses facilement assimilables par la nature.


Nous misons sur la prévention, les variétés rustiques, les rotations culturales et l'entretien de la biodiversité pour réguler les maladies et les ravageurs. Nous utilisons des stratégies culturales pour limiter l'enherbement sur les planches de légumes et désherbons à la main ou mécaniquement lorsque c'est nécessaire.

 

(*) Lorsque je cherchais une ferme pour m'installer il y a quelques années, un producteur de mâche et de radis roses de la région nantaise qui cédait ses serres m'avait expliqué ses méthodes de culture: tout d'abord il aspergeait le sol d'un produit chimique pour tuer toutes les mauvaises herbes, puis il semait directement sur ce terrain « propre ». Un exemple du type de nourriture qui peut parfois atterrir dans notre assiette quand on fait ses courses au supermarché avec l'aspect et le prix pour seuls critères!  (Philippe)



Les deux associés: Bruno et Philippe

Bruno, après une première carrière dans l'industrie, souhaitait créer son activité sur la ferme familiale, et recherchait un associé ayant une première expérience en maraîchage biologique. Ses terres, occupées principalement par un élevage extensif de vaches blondes d' Aquitaine, étaient menées suivant des pratiques proches du bio, sans l'être complètement. C'est pourquoi Bruno s'est engagé en même temps dans une démarche de conversion de toute la ferme à l'agriculture biologique.

Concernant les terres utilisées pour le maraîchage, il s'agissait de prairies naturelles qui ont pû passer directement en bio.

 

Philippe, après un parcours également dans l'industrie, avait quitté son ancien métier en 2007 pour se former à l'agriculture biologique et était parti s'installer en maraîchage bio en 2008 en Corrèze où il produisait toute l'année une quarantaine de paniers par semaine pour une amap dont il avait accompagné la création. Après 4 années passionnantes, il souhaitait se rapprocher de sa région d'origine pour raisons familiales et s'associer afin de retrouver un meilleur équilibre entre le travail et la vie de famille.